Juillet 2020, je participe avec curiosité à la sixième édition de “Richelieu en Arts”, capitale des artisans d’art pendant trois mois. L’opération permet aux artisans d’ouvrir leurs ateliers ou galerie éphémère au public pendant tout l’été et leur donne l’occasion de participer au concours des Prix Métiers d’Art qui récompense plusieurs catégories.

Après l’avoir baptisé “Le Filament”, Julie Mansillon plasticienne bijoutière, Rémi Humeau ébéniste spécialisé dans la fabrication de nœud papillon en bois, et moi-même, formons un collectif qui investira une échoppe éphémère située sur la place du Marché de la cité. Aménagements multiples et huile de coude ont été nécessaires pour la mise en place de notre lieu afin de mettre en scène nos objets et univers, mais nos tout premiers visiteurs semblent conquis et ravis de nous rencontrer dans notre galerie fraîchement repeinte. Commencent alors mes premières recherches autour de la pièce à réaliser pour le concours.

L’idée de la structure s’est élaborée en arrivant la toute première fois à Richelieu puis elle s’est développée pendant toute la durée de l’évènement Richelieu en Arts. Pour construire l’image de cette broche, mon intention fut de partir de ce que je voyais et percevais de cette ville et non de ce que j’aurais pu en connaitre ou apprendre par les musées locaux ou autre source historique. J’ai enquêté, recueilli le témoignages des visiteurs de la galerie, observé la structure de la ville, ses bâtiments, les ornements parfois marqués par le temps. J’ai été étonnée par exemple de la taille de la localité qui s’apparente à un gros village mais qui, dans sa structure, offre les proportions d’une ville.
J’ai surtout senti un projet urbain conduit. Les lignes sobres, l’ensemble composé, pensé dans sa structure et ses bâtiments, pour le fonctionnement d’une vie sociale et économique. Un territoire circonscrit dans un pays.

Ce cheminement personnel m’a donné les premiers contours de cette pièce qui a pris des allures de puzzle, à l’image de son processus de création. Le recours aux soies de cravates anciennes puise dans le vestiaire masculin. La passementerie rouge disposée en symétrie de part et d’autre de la pièce de tricot, est un clin d’œil au cardinal ministre qui favorisa l’expansion du théâtre mais aussi à la ville elle-même qui pourrait être un cadre théâtral. La pièce tricotée avec effet de tissage évoque la nature environnante avec la proximité du parc de la ville mais aussi la campagne, tout autour déployée et qui prépare notre arrivée vers la cité. Les perles transparentes brodées sur les surfaces opaques aux teintes sourdes de la soie, viennent apporter un grain minéral à l’ensemble de cette miniature.

le 19 septembre 2020, en cet fin d’été au climat sanitaire compliqué, j’ai été très fière de recevoir le premier Prix catégorie création en présence des représentants de l’Institut National des Métiers d’Arts et d’Ateliers d’Arts de France pour la broche “Vers Richelieu”.

One thought on ““Vers Richelieu”

  1. Bonsoir. Merci pour ces magnifiques photos.
    J’ai admirer cet été toutes les jolies créations de chaque artiste et créateurs.
    Je viens sur RICHELIEU tout les ans et reste 3 mois.. J’ai dejo’kesphotos de boutiques éphémères.
    À bientôt. MO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.